Idées Nouvelles Europe
La Charte élaborée par les jeunes ambassadeurs de la citoyenneté planétaire
 

"Au XXIème, notre souveraineté sera réelle si elle est européenne (et donc partagée) ou illusoire si elle est nationale. Je soutiens donc vivement Idées Nouvelles Europe qui travaille à cette prise de conscience par les citoyens européens!"
Dominique Riquet, député européen
Dominique Riquet

"Je souhaite saluer les initiatives et travaux qu’Idées Nouvelles Europe entreprend depuis 20 ans. Sans aucun doute, alors que l'euroscepticisme est de plus en plus présent en France comme en Europe, il est indispensable de communiquer davantage sur l'Europe et de faire – et surtout d'accroître – ce travail vital de pédagogie sur l'Europe. Ce sont des initiatives comme la vôtre qui contribueront à relancer le débat européen, à nouer de nouveaux partenariats, à lancer de nouveaux projets pour faire, comme vous le soulignez très bien, aimer l'Europe. C'est un très beau projet et je me réjouis de votre engagement!"
Nathalie Griesbeck, Députée européenne
Nathalie-Griesbeck

"A l'heure où l'Europe doit faire face à des défis hors du commun : crise financière et économique, crise grecque, crise migratoire, menace de Brexit, menace terroriste, je salue l'action d'Idées Nouvelles Europe qui informe sans relâche tous les publics sur la construction européenne, cet outil puissant pour trouver ensemble des solutions pérennes et préparer un meilleur avenir."
Sylvie Guillaume, vice présidente du parlement européen
Sylvie-Guillaume

"Idées Nouvelles Europe fait partie de ces associations qui rendent accessible au plus grand nombre le débat européen. Vingt ans que vos projet promeuvent et façonnent l'identité européenne. Rendez-vous dans vingt ans pour votre 40e anniversaire. "
Philippe JUVIN, Député européen
Sylvie-Guillaume

Nous sommes tous citoyens du monde. Une conscience universelle propre à favoriser l’épanouissement d’une humanité qui partage les mêmes valeurs est en plein développement. En dépit des difficultés et de l’égoïsme des Etats, l’adhésion aux grands traités internationaux (Charte de l’ONU, Déclaration universelle des droits de l’homme, protocole de Kyoto sur l’environnement…) et le sentiment d’appartenance à un monde interdépendant (échanges économiques, flux d’informations, migrations…) font émerger une conscience planétaire pour la préservation du patrimoine commun de l’humanité qui mobilise les énergies pour le maintien de la paix, pour aider les pays atteints par une catastrophe naturelle ou industrielle.
Le statut de citoyen est le fruit d’un long combat et le privilège d’une société libre et démocratique. C’est une condition exigeante où il n’y a pas de droits sans devoirs et son sort reste fragile car l’histoire connaît de douloureuses périodes de dictatures.
La pratique citoyenne résulte d’un apprentissage, suppose un accord sur les valeurs républicaines et revêt des formes très diverses.
Si les jeunes ne naissent pas citoyens, c’est aux organisations de jeunesse d’intervenir pour les aider à le devenir dans un cadre non formel, en insistant sur son aspect de construction permanente.
Tandis que la vieille Europe construit une union des peuples et définit le concept de citoyenneté européenne, d’autres, notamment en Amérique latine, observent avec curiosité cette édification originale et symbolique.
Tandis que les peuples d’Amérique latine abordent avec dynamisme une étape de rénovation de leurs institutions, d’autres, en Europe, observent cette remise en question comme une preuve de vitalité de la citoyenneté active. Mais on peut se demander ce que représente l’expérience européenne pour les autres régions du monde ? De l’intérieur de l’Europe, on tend à perdre de vue le caractère exceptionnel et novateur de la construction communautaire, au regard de l’ensemble de la scène internationale. Sur un plan conceptuel, la construction de l’Europe, parce qu’elle constitue de loin le plus ambitieux et le plus exhaustif des projets régionaux formulés dans le monde, est un phénomène politique unique. En ce sens, elle représente, au moins potentiellement, un modèle de relations internationales.
Notre projet vise donc à favoriser une communication entre des jeunes représentatifs d’un monde en pleine évolution, à leur faire prendre conscience qu’il existe une citoyenneté planétaire qui s’inscrit dans un monde confronté à des bouleversements géopolitiques et sociologiques majeurs dans lequel la sauvegarde de la démocratie est un combat quotidien. Cela suppose construction et appropriation par eux d’un certain nombre de concepts partagés, de quelques mécanismes institutionnels, de la formation à une opinion raisonnée, de l’aptitude à l’exprimer, de l’acceptation du débat public.

Déclaration du Mas
"la jeunesse vers une citoyenneté universelle"

Préambule

Dans le but de rendre universelle la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, afin que chaque citoyen du monde puisse s’y référer, nous, jeunes d’Amérique latine et d’Europe, avons travaillé à la construction d’une vision globale de la citoyenneté, fondée sur la diversité culturelle et l’égalité des chances entre tous les êtres humains.
Au regard des six principes fondamentaux que sont la dignité, la liberté, l’égalité, la solidarité, la citoyenneté et la justice, il relève du devoir de chacun d’agir pour qu’ils soient respectés dans le monde entier.
A travers cette Déclaration, nous souhaitons apporter une vision réelle, critique et constructive de la situation mondiale actuelle, dans le but d’instituer les bases d’un projet certes difficile, mais que nous considérons fondamental pour la construction d’un monde meilleur.
Bien que cette Déclaration puisse, sur certains points, paraître utopique, nous considérons que si un groupe de jeunes venant des quatre coins de la terre a obtenu le consensus sur les grands principes d’une déclaration commune, c’est que déjà, la citoyenneté universelle existe.
Nous devons/pouvons tendre vers cet idéal grâce à une jeunesse volontaire et active, l’appui des gouvernements ainsi que de tous les citoyens du monde.
Différentes langues, différentes cultures, différentes traditions, mais un même sentiment, un même rêve, un même idéal : améliorer notre monde et que soit la citoyenneté

 

DIGNITE
La réalité quotidienne nous montre que la dignité des personnes n’est pas respectée dans une grande partie du monde. Cette réalité se vérifie très souvent auprès des peuples les plus vulnérables dont les conditions de vie ne peuvent être définies comme « dignes ».  Nous devons pouvoir tendre vers une société plus juste et égalitaire dans laquelle la notion de discrimination n’existe pas. Cela se traduit concrètement par une redistribution équitable des richesses, dont l’action est assurée par les gouvernements et la société civile.
LIBERTE
Sans l’égalité des chances, la liberté ne peut exister : L’égalité des chances se définit par la possibilité de développements personnel et professionnel, égaux en termes d’opportunités et de possibilité à atteindre un objectif dont le choix appartient à chacun. Les libertés individuelles doivent prévaloir sur l’ensemble des notions que regroupe le terme de liberté. L’objectif est d’obtenir la libre circulation des personnes ainsi que leur intégration quel que soit le pays de résidence. La notion de « minorité » doit disparaître.
EGALITE
L’égalité est d’un point de vue pragmatique la notion qui, au quotidien, se vérifie le moins. Notre objectif commun n’est pas de partager une culture, une religion ou bien une langue unique. L’objectif pour lequel nous devons militer est l’égalité des chances entre tous. C’est-à-dire un accès de même qualité dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’environnement et de l’information. Nous devons promouvoir l’égalité des sexes et la parité homme femme dans le monde entier. De plus, les jeunes doivent être davantage représentés dans les institutions de chaque pays dans le but d’influer sur les décisions publiques qui régissent la vie politique, sociale et environnementale au quotidien.
CITOYENNETE
La citoyenneté ne peut être effective si les besoins vitaux et les droits et devoirs de chacun ne sont pas respectés. Les jeunes du monde entier, quelles que soient leur nationalité, leur origine ethnique ou leur appartenance religieuse, doivent pouvoir étudier dans le pays de leur choix. Cette mobilité doit être encouragée par des subventions publiques. Les diplômes doivent être homogènes et reconnus dans le monde entier afin de pouvoir exercer sa profession quel que soit le lieu. Les citoyens étrangers résidant dans un pays différent de leur pays d’origine pourront bénéficier d’une reconnaissance progressive de leurs droits politiques au sein du pays d’accueil. Pour cela, les efforts doivent se concentrer sur les règles qui permettent à un étranger de bénéficier de la nationalité du pays au sein duquel il réside. Qu’ils puissent en conséquence participer davantage au processus décisionnel des politiques publiques, être élus au même titre que les autres.
JUSTICE
L’objectif principal est que la justice soit impartiale et égale pour tous. Il est primordial que toutes les catégories sociales puissent être représentées devant les institutions juridiques de manière égalitaire. La lutte contre la corruption des magistrats doit en être un instrument principal. Tout le monde doit pouvoir bénéficier d’une réinsertion sociale. Les principes du droit international telles que la présomption d’innocence, la légalité… doivent être respectés. Tous les Etats doivent être jugés de la même façon sur les actions qu’ils mènent.
SOLIDARITE
Nous proposons à travers ce thème que le rôle de l’Etat soit de promouvoir le volontarisme, les actions sociales, ainsi que d’assurer le financement des projets liés à ce volontarisme. L’objectif est une diffusion effective de l’ensemble des programmes qui sont développés par le biais d’actions solidaires, dans le but de sensibiliser les jeunes du monde entier. Les entreprises publiques ou privées ont l’obligation d’embaucher des jeunes et de promouvoir la stabilité dans le monde du travail.   L’Etat doit assurer son rôle de stabilisateur social. Il doit fournir une sécurité sociale suffisante à l’ensemble de la population active perdant son activité professionnelle ainsi qu’une formation afin de réintégrer le monde du travail. Les pays développés doivent augmenter leur contribution financière au programme d’aide au développement en accordant un pourcentage plus important de leur produit intérieur brut. Cet objectif doit s’accompagner d’un contrôle efficace de l’utilisation de ces fonds afin d’en assurer la transparence. Un prélèvement plus important doit s’appliquer à toutes les transactions financières internationales. Ces fonds seront destinés à la coopération et au développement. Les gouvernements doivent promouvoir l’intégration et les échanges entre les jeunes du monde entier, en particulier, sur des thèmes politiques sociaux et environnementaux dans le but d’approfondir les liens entre les peuples et la solidarité mutuelle. Les sociétés multinationales doivent contribuer à augmenter les fonds destinés à des projets sociaux.
 

Thierry Cornillet, député européen commente la Charte universelle des J.A.C.P. lors des 3èmes Rencontres européennes de Nice

« Bravo pour le travail réalisé. Il est extrêmement important que dans divers coins du monde, on réfléchisse à des valeurs communes universelles. Il faut ensuite les graver dans le marbre puis mettre en œuvre les institutions qui en permettent le réel respect. Il ne faut pas occulter le débat de civilisation, relever nos points communs et nos divergences par exemple sur l’égalité des genres qui est un point déterminant pour les Européens.Je suis content que des jeunes se saisissent de ces questions, fassent une introspection, identifient et hiérarchisent les valeurs, les comparent dans le cadre d’une réflexion internationale, établissent un corpus de valeurs qu’ils s’approprient en n’oubliant jamais qu’ils ne sont pas des purs esprits ou des juristes qui s’amusent à mettre dans les meilleures formes possibles des textes de référence. La traduction de ces valeurs dans la vie quotidienne est essentielle ».

 

12 jeunes espagnols, français, italiens, argentins, péruviens et chiliens se sont réunis en France pour élaborer le contenu de la Charte qui définira la citoyenneté active. Cette charte s’inspirera des valeurs développées dans la Charte des doits fondamentaux de l’Union européenne.

Télécharger gratuitement le livre : " Pour enseigner la Charte des droits fondamentaux de l'Union Européenne" par Patrick AVET-ROCHEX, inspecteur de l'Education nationale. (format PDF- 858 Ko)

Les jeunes ambassadeurs de la citoyenneté planétaire en pleine réflexion sur la Charte ... rélexion de la quelle naîtra la Déclaration du Mas
 
Association Idées Nouvelles Europe JO N° 11 du 13 Mars 1996 N°de siret 424 599 587 000 21
75, route d'Aiglun 06910 Le Mas France