Osons l'Europe!

Les objectifs pédagogiques du projet :


1. Sensibiliser les jeunes sur la nécessité de vivre pleinement leur citoyenneté … en répondant aux principales questions que ces derniers se posent : caractéristiques de cette citoyenneté (avec l’Europe, nous avons une supranationalité), nos droits et devoirs… Cette sensibilisation doit permettre de déclencher auprès des jeunes une envie d’agir en collectivité : adhérer à une activité associative, participer aux élections du niveau local au niveau européen, s’investir dans des événements publics… Méthodologie : C’est par l’acquisition de savoirs et de connaissances mais aussi la transmission de valeurs et de règles élémentaires des rapports sociaux, le tout associé avec raison que l’individu se dote d’une part, des facultés nécessaires à la construction de sa personnalité et d’autre part, des armes intellectuelles pour lutter contre la démagogie qui fleurit sur l’ignorance. L’éducation au comportement sous-tend l’acceptation par chacun d’un pacte social, véritable ciment de la démocratie. L’enjeu est de démontrer aux jeunes que l’exercice de la politique conditionne le destin collectif par les décisions qui sont prises, qu’une participation citoyenne active de leur part constitue la seule garantie d’une pérennité des libertés individuelles. L’école qui reproduit en fait l’espace fictif de la nation est le premier laboratoire du « vivre ensemble », permettant de participer à toutes les activités sociales sur une base d’égalité, tenant compte des droits et des devoirs de chacun. L’apprentissage civique comme domaine fondamental est donc le souci de toute la communauté éducative. Pour autant, comme le dit D.Schapper « si la société ignore le civisme, l’école n’a pas le pouvoir de le faire naître. Retrouver des valeurs communes, c’est la tâche de tous et pas seulement des enseignants » (l’école du citoyen, revue IRHEG n°7). La co-responsabilité éducative et citoyenne débordent donc largement les murs de l’enceinte scolaire et ce n’est que par une mobilisation intersectorielle, intergénérationnelle, interculturelle… que l’on encouragera les jeunes à un engagement actif. Cet enjeu est non seulement déterminant mais salutaire pour lutter contre la « desimplication » constante des citoyens dans les affaires dites -publiques- et plus généralement face aux activités sociales de base comme la participation associative par exemple ce qui conduit à l’individualisme, au repli sur soi et enfin au rejet de l’autre.

  2. Sensibiliser les jeunes sur les enjeux de la construction européenne … en leur expliquant comment l’union politique s’est constituée pour stabiliser la paix sur le continent, renforcer l’économie face aux défis de la mondialisation… Pour cela, la démarche prévoit de démontrer la place des institutions européennes (et notamment du Parlement élu, représentation de l’expression démocratique) dans le succès du projet européen. « Si l’on examine les études relatives aux démocraties occidentales, on constate que la diminution de la participation est un phénomène qui n’en épargne quasiment aucunes. C’est pourquoi il faut faire campagne avec un message fondé sur la réalité. Le débat ne doit pas évoquer l’Europe de manière abstraite et nous devons nous abstenir de parler de l’Europe dans un jargon européen. Il faut parler clair et parler de choses qui intéressent les citoyens, c’est-à-dire des gens qui ne sont pas des spécialistes de l’Europe, sans être nécessairement hostiles à ce que l’Europe peut leur apporter. Je suis convaincu que si l’on s’adresse aux citoyens dans un langage clair, si on leur parle de l’Europe des valeurs, d’une Europe qui a une influence directe sur leur vie quotidienne et si l’on s’adresse à eux avec conviction et passion, ils ne resteront pas insensibles. Tel est le défi que nous devons relever cette année. Et ce défi, nous ne pourrons le réaliser qu’avec le soutien d’initiatives telles que celle de « Tous aux urnes ». Pat Cox, président honoraire du Parlement européen dans le cadre du projet «Tous aux urnes – Idées Nouvelles Europe »

  3. Faire adhérer les citoyens à l’Europe … « La pleine adhésion des citoyens à l’intégration européenne suppose que l’on mette davantage en évidence leurs valeurs, leur histoire et leur culture communes en tant qu’éléments clés de leur appartenance à une société fondée sur les principes de liberté, de démocratie et de respect des droits de l’homme, de diversité culturelle, de tolérance et de solidarité, conformément à la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne »… « Le Conseil européen a constaté à plusieurs reprises la nécessité de rapprocher l’Union européenne et ses institutions des citoyens des Etats membres. Il a encouragé…la participation des citoyens à la vie publique et à la prise de décision, tout en soulignant les valeurs essentielles qui sont partagées par les citoyens d’Europe… »

Décision n°1904/2006/CE du Parlement européen et du Conseil

Retour